Avant toute chose, sachez si vous êtes devant un système d’allumage classique ou électronique. Sur ce dernier, lorsque qu’un défaut survient, on contrôle tous les éléments composant le circuit et on remplace l’élément défectueux.

1 - Présence de HT aux fils de bougies

Le premier réflexe est de vérifier la présence d’étincelle aux bougies. Mais savez-vous que la couleur de l’étincelle est importante ?

Faible et bleue : réglage du rupteur/calage de l’allumeur.

Orange : Remplacez le condensateur, il est HS.

2 - La bobine

Le seul test que l’on peut faire en statique. Il consiste à mesurer la résistance des enroulements. Ces valeurs sont fournies par le constructeur. Mais si une étincelle jaillit, on peut en général éliminer la bobine comme source du problème et s’intéresser de plus près à l’allumeur.

3 - Les bougies

Les bougies doivent être propres et correctement réglées. Utilisez des bougies préconisées par le constructeur, pas question d’utiliser des bougies provenant d’une autre machine (sauf pour le dépannage).

Les fils de bougies doivent être très propres et en bon état (non craquelés). Vérifiez qu’ils se “clipsent” bien aux bougies et qu’ils ne soient pas charbonnés sinon changez-les.

4 - Régler le rupteur

Faire tourner le vilebrequin, l’aide de l’écrou sur l’extrémité du vilebrequin ou de la roue arrière. Cette opération sera plus facile si vous enlevez les bougies.

Tourner le vilebrequin jusqu’à l’écartement maxi du rupteur (mesure avec un jeu de cale d’épaisseur). Le réglage de cet écartement est prévu par desserrage des vis qui retiennent les contacts sur le plateau. Cela fait, vous pourrez modifier l’écartement en déplaçant le contact fixe par rapport au contact mobile. L’écartement standard est de 0,40 mm. Bloquez les vis et vérifier le jeu à nouveau.

Après chaque réglage du rupteur, il faut régler le calage, car on a modifié le pourcentage de dwell.

5 - Contrôle du calage la lampe témoin

C’est un contrôle statique (moteur arrêt), que l’on peut effectuer sur les moteurs équipés d’un allumage classique rupteur. Mais c’est impossible à faire sur les allumages électroniques.

1) Brancher une lampe témoin entre la masse et l’arrivée de courant du rupteur.

2) Mettre le contact et faire tourner le moteur la main dans le sens de rotation normal jusqu’ à ce que la lampe témoin s’allume (moment où les contacts du rupteur s’écartent). A ce moment précis, les repères d’avance initiaux doivent correspondre.

6 - Contrôle du calage la lampe stroboscopique

C’est un contrôle dynamique (moteur tournant) pour tout type d’allumage classique ou électronique.

1) Brancher la lampe stroboscopique sur un fil de bougie. Sur un moteur multicylindre, le branchement se fait sur le cylindre référencé n1.

2) Faire tourner le moteur au régime prescrit, la plupart du temps au ralenti et en dirigeant la lampe sur l’orifice de contrôle, les repères d’allumage doivent correspondre.

– Si vous accélérez, le repère mobile doit disparaitre pour laisser place un autre repère qui correspond à l’avancée maximale. Au besoin, desserrez légèrement l’allumeur et faites-le pivoter pour modifier la position des repères.

Demain dans ma boite aux lettres

Testeurs d'allumage
Stromboscope regler allumage
stroboscopiques
Bougies d'allumage
Clés à bougie